Blogue

What makes Montréal, Québec and Canada exceptional in terms of ultimate frisbee

26 août 2017 | Mise à jour: 10 septembre 2017 | Catégories: ultimate | View Comments

As the 2017 American Ultimate Disc League (AUDL) Championship starts in Montreal today, I thought it would be a nice timing to show an aspect that makes Montreal (and more generally Quebec and Canada) so exceptional concerning Ultimate Frisbee.

Remark: all of the data and computations made for this post are available as a Jupyter Notebook in a github repository.

1. The density of population playing ultimate in the Country

The World Health Organization website has a lot of data on the density of physicians (counted as total number per 1000 population). Some coutry have a lot of physicians: as of today, Cuba has 7.519 physicians for each 1000 population while Canada has 2.477, USA has 2.554 and France has 3.227 physicians for each 1000 population. Some other country have a few like Mali that I visited in 2006 which has only 0.085 physicias per 1000 population.

I propose now to do the same for Ultimate Frisbee players as WHO does for physicians. For this we may use the data that was made public by the WFDF in 2014 before deciding how many bids where given to each country to compete in the World Club Ultimate Championships that took place in 2014 in Lecco. And we may get the population by country in 2014 from the World Bank website.

Lot of countries have very few ultimate players. For example, there are only 13 countries having at least 1000 players: United States, Canada, Australia, Germany, Japan, United Kingdom, France, Austria, Colombia, Norway, Netherlands, Philippines, Belgium. And only 22 countries having at least 500 players.

Above all, it is the density of people playing ultimate that makes Canada so exceptional. The next graphics including countries with at least 500 players declared to WFDF in 2014 says it all:

/Files/2017/image2_density.svg

For every 1000 population, there is a ultimate player. Since everybody knows something like 1000 people. This means that in Canada everybody knows someone which plays ultimate. This makes a big difference in the country in terms of recognition. People do not ask if you play with a dog on the beach anymore in Canada when you say you play ultimate. They know this sport! In comparison, in France there is 1 ultimate player for each 24664 population. You got to be lucky to know one.

So many people play ultimate in Canada that there are almost as many as in the United States:

/Files/2017/image1_absolute.svg

The above graphics explains something more: it is much much more difficult to represent your country at WFDF competitions when you come from USA or Canada.

Note that these computions were done based on the number of active ultimate frisbee players declared to WFDF. It is possible that some countries do not declare all of them for some reasons. For example, USA Ultimate declares to WFDF only its own members which are in general people taking part in USA Ultimate competitions.

2. Women play ultimate in Canada

Canada is among the most egalitarian countries in terms of women playing ultimate. For each 7 ultimate players on the line in Canada, 2.800 are female. Among countries with at least 500 declared active players in 2014, only Philippines (2.996) and New Zealand (2.827) are more egalitarian.

/Files/2017/image5_relative_density_female.svg

In other countries, like France where only 1.771 female play ultimate for each 7 players, it is just impossible to get your club to play in the mixed division. This is also why we find much more women playing in the open division in Europe than in America up to a certain level of play.

The density of women playing ultimate in Canada is just exceptional:

/Files/2017/image4_density_female.svg

In absolute value, this makes Canada the second country with the most female active players in 2014, just behind USA, with a lot of advance over the next countries:

/Files/2017/image3_active_female.svg

3. The density of population playing ultimate in Quebec regions

In 2017, according to this page of the Quebec Ultimate Federation there are 6908 registered ultimate player in Quebec province of Canada. With 8.18 millions of population, this makes a density of 0.844 ultimate player in Quebec province for every 1000 of population.

Most of the people playing ultimate are in the big cities (Montréal and Québec city). There are 3454 active ultimate frisbee players in Montreal. If Montreal was a country, it would be ranked 7th for the total number of active player in the 2014 list of WFDF just behing Germany (3632), Japan (3621) and United Kingdom (3621).

/Files/2017/image6_active_quebec_region.svg

Note that in the above graphic, Capitale-Nationale is the name of the region of Quebec city and Estrie is the name of the region of Sherbrooke city. Should I recall that Quebec city is hosting every year the Mars Attaque tournament which is without doubt the largest indoor ultimate tournament in the world with 120 teams gathering more than 1000 players (see this video of the most recent edition). Also team ONYX which finished 2nd in the mixed division during the Prague 2010 World Club Ultimate Championships was from Quebec city.

This gives even bigger densities if we look at densities per region. In the Montreal administrative region, there are 1.727 ultimate frisbee players for each 1000 population. Two other regions are above 2.000 including the region of Quebec city.

/Files/2017/image7_density_quebec_region.svg

The data for the population in each Quebec region was taken from the associated wikipedia page about Quebec administrative regions.

Note that there is a difficulty in counting the density for regions that are near a big city (Longueil and Laval are near of Montreal, Chaudière-Appalaches is a region south of Quebec city, and Outaouais is the Quebec region that is near to Ottawa). The low density in these regions might be explained by the fact that people drive to the big city to play ultimate.

4. The density of population playing ultimate in Canada provinces

There are a lot of ultimate frisbee players in Ontario (including Ottawa and Toronto cities) and in British Columbia. Here is the number of ultimate frisbee players per provinces in each of the years 2014, 2015 and 2016 according to the 2016 Ultimate Canada Annual Report that was given to me by Danny Saunders (executive director of Ultimate Canada). I do not know if this annual report can be found online.

/Files/2017/image9_nplayer_canada_provinces.svg

Using data on the population by Canada provinces and territories found on this wikipedia page, we can compute the density of ultimate frisbee players in each province. We discover that, if there is a high density of ultimate frisbee players in Quebec, it is even higher in the other provinces.

/Files/2017/image10_density_canada_provinces.svg

The province of Manitoba is the province with the highest rate with more than 3.5 players per 1000 population.

The density of population playing ultimate in some other cities

Below I am adding a graphic on the density of people playing ultimate in some cities I know. Cities in Quebec are much more dense in ultimate frisbee players than cities in Europe amongst this short list.

/Files/2017/image8_density_some_cities.svg

More to do

I am missing data to do more of those graphics. How many frisbee players are there in every states of the USA? in every province of Canada? in every city of the world? how many female? If you can help me gather this data, do not hesitate to contact me or add a comment below.

Read and Post Comments

Propositions pour la FFDF (3/3) Sélection de l'équipe de France

14 juin 2015 | Catégories: ultimate | View Comments

En 2013, j'avais écrit cet article d'opinions au sujet de l'organisation de l'ultimate en France. Certaines choses ont évolué pour le mieux depuis (un match d'ultimate pour décider de la meilleure équipe d'ultimate en France) d'autres non. Aujourd'hui, en 2015, j'ai trois propositions à suggérer à la fédération française d'ultimate (FFDF) et je vais les décrire dans trois messages de blogue distincts au fur et à la mesure que je trouve le temps pour les rédiger. Ma première proposition (avril 2015) concernait la mise à jour de la règle de bris d'égalité. Ma deuxième proposition (mai 2015) concernait la restructuration du Championnat de France pour s'assurer de rassembler les meilleures équipes du pays via des phases de qualifications régionales. Ma troisième (juin 2015) concerne la sélection de l'Équipe de France et c'est celle que je décris dans ce texte.

/Files/2015/Logo_equipe_de_france_de_football.png

Sélection de l'équipe de France

En France si j'ai bien compris, pour former l'équipe nationale, on sélectionne d'abord le sélectionneur qui lui va ensuite sélectionner les joueurs qui formeront une équipe. Ça semble être la façon de fonctionner dans tous les sports. Du moins, pour le soccer, je sais que c'est comme ça surtout après la Coupe du monde en Afrique du Sud, car on n'en avait entendu parler...

J'imagine que c'est difficile d'imaginer un autre système si tous les sports fonctionnent de cette manière. Pourtant il en existe d'autres manières. Et comme je connais d'autres manières, je me questionne sur quelle est la meilleure compte tenu du contexte de l'ultimate en France en 2015.

Une équipe

Selon mon expérience, une équipe avec des joueurs donnés a besoin de trois ans pour atteindre son sommet de performance. À ce sujet, vous pouvez lire un texte que j'avais écrit en 2013 au sujet du nombre d'années qu'ont pris les 5 équipes québécoises qui ont gagné les championnats canadiens au cours des dernières années. La première année, c'est l'apprentissage à jouer ensemble, ce qui inclut beaucoup trop d'erreurs de communication sur le terrain pour pouvoir viser la performance. La deuxième année, c'est une première occasion de viser la performance, mais souvent l'expérience d'équipe n'y est pas et on perd en demie-finale ou en finale à cause d'erreurs qui ne s'étaient jamais produites avant, car c'est la première fois qu'on essayait de performer. Puis, la troisième année, habituellement, c'est la bonne, car la communication est bonne et on a l'expérience des matchs importants et des erreurs à ne pas refaire dans les situations importantes.

Ces trois années ne sont pas des années où on regarde le temps passer. Le développement de l'équipe ne se fait pas tout seul. Il lui faut des rencontres hebdomadaires sinon bihebdomadaires pendant toute la période pour assurer cette progression. Il faut du temps pour définir un système de jeu d'équipe incluant les mouvements en défensives et en attaque. On parle par exemple de 500 heures de temps de pratique et peut-être de 300 heures de tournois. C'est un long travail. Tellement de travail et d'énergie qu'un joueur de cette équipe ne pourrait jamais imaginer jouer dans deux équipes visant le même niveau de jeu.

/Files/2015/equipe.jpg

Pour moi, une équipe, c'est beaucoup plus qu'une sélection. Bien sûr, les équipes de France d'ultimate font des entraînements (des stages comme ils sont appelés) une dizaine par année peut-être. Mais avec les transports, le temps et les coûts élevés que nécessitent chacun de ces entraînements, il est difficile d'atteindre le nombre d'heures d'entraînement qu'un club peut se permettre. D'autant plus que les mêmes joueurs en France sont sur-solicités en participant à de multiples équipes en parallèle. En effet, il est tout à fait normal en France pour un joueur de participer au championnat de France mixte, au championnat de France open, au championnat du monde sur plage et au championnat d'Europe des nations avec quatre équipes différentes et dans la même année. À mon avis, cet éparpillement est tout à fait orthogonal à l'optimisation des résultats de l'une ou de l'autre de ces équipes.

En considérant le contexte actuel de l'ultimate, les équipes qui représentent la France à l'international sont loin d'atteindre le niveau de jeu qu'elles pourraient atteindre si elles étaient choisies autrement.

Comment devrait-on choisir les équipes de France?

Je crois que la sélection des joueurs qui représentent la France à l'international devrait se baser un peu plus sur la structure actuelle de formation des équipes en France: les clubs.

Une équipe se rend en finale des Championnats de France. Une équipe gagne les Championnats de France. Cela prend déjà au moins deux bonnes années d'énergie à ces deux équipes pour se rendre là. Deux bonnes années d'apprentissages et d'adaptations suites aux défaites qui ont précédé la joute et la victoire du championnat de France. Certainement que plusieurs des joueurs qui jouent la finale du Championnat de France feront partie de l'équipe qui représentera la France peu importe la méthode qui sera choisie pour sélectionner l'équipe de France. La question que je me pose est: pourquoi ne pas profiter des apprentissages, de l'expérience et d'un système de jeu qui a fait ces preuves devant toute la communauté d'ultimate d'une nation pour représenter cette même nation à l'international?

Selon moi c'est ce qui serait le mieux pour la France: l'équipe qui remporte le Championnat de France devient le comité de sélection de l'équipe de France pour les prochains Championnats du monde et d'Europe des nations. C'est elle qui choisi les entraîneurs. C'est elle qui choisit les joueurs. C'est elle qui sait comment utiliser la prochaine année pour continuer son développement et pour repousser plus loin les limites et se basant sur les acquis qui ont fait leur preuve.

La Fédération peut très bien ajouter des règles de représentation nationale. Par exemple, le club doit sélectionner au moins 5 joueurs faisant partie d'un autre club. Ce sera au club champion de décider quels sont les 5 (ou plus) joueurs qui compléteront le mieux l'équipe championne en place. Typiquement, ces joueurs supplémentaires proviendront de l'équipe finaliste mais ce n'est pas obligé. La fédération pourrait aussi exiger que ces joueurs proviennent d'au moins trois autres clubs pour permettre une plus grande diffusion des connaissances et expériences acquises du fait de faire partie de l'équipe nationale.

Les avantages d'une sélection basée sur le championnat de France

Je vois plusieurs avantages à ce modèle pour la sélection de l'équipe de France:

  • Permet d'éviter l'éparpillement (un joueur joue soit pour son club, soit pour l'équipe nationale) donc la concentration sur un seul et même but sur une même année;
  • Permet de former une équipe automatiquement efficace, car on sait qui sont les chefs, les leaders. On écoute les gagnants, quoi de plus naturel?
  • Fait en sorte que l'équipe de France se base sur une équipe existante qui a fait ses preuves dont la phase d'apprentissage et de multiples erreurs de communication est passée;
  • Fait en sorte qu'une année est suffisante pour intégrer les nouveaux joueurs choisis parmi les autres clubs;
  • Fait en sorte que l'équipe de France est une équipe mature et prête à performer;
  • À plus long terme, ce modèle oriente les clubs sur le développement d'équipes performantes plutôt que de joueurs spectaculaires (mais inefficaces) espérant être sélectionnés.

Pour une France forte. Pour une France performante à l'international d'ici quelques années.

Read and Post Comments

Propositions pour la FFDF (2/3) Refaçonner le championnat de France

09 mai 2015 | Catégories: ultimate | View Comments

En 2013, j'avais écrit cet article d'opinions au sujet de l'organisation de l'ultimate en France. Certaines choses ont évolué pour le mieux depuis (un match d'ultimate pour décider de la meilleure équipe d'ultimate en France) d'autres non. Aujourd'hui, en 2015, j'ai trois propositions à suggérer à la fédération française d'ultimate (FFDF) et je vais les décrire dans trois messages de blogue distincts au fur et à la mesure que je trouve le temps pour les rédiger. Ma première proposition concernait la mise à jour de la règle de bris d'égalité. Ma deuxième proposition concerne la restructuration du Championnat de France et c'est celle que je décris dans ce texte.

Il peut sembler naturel dans le vieux continent de structurer le Championnat de France d'ultimate en divisions (division I, II, III, régionales). C'est comme ça qu'ils font pour le soccer, alors pourquoi pas pour l'ultimate? Aussi, ça fait cool et respectable de dire que "je joue en division 1", car c'est comme ça pour le foot, le hand, le basket, etc. Mais, mes yeux de Québécois ont toujours de la difficulté à comprendre comment on peut avoir besoin de tant de divisions en France pour structurer à peine 2500 joueurs d'ultimate. Il y a 3300 joueurs à Montréal, près de 6000 au Québec, 30 000 au Canada et on ne fait pas un plat avec ça. À chaque année, il y a juste une équipe championne par catégorie (masculine, féminine, mixte, maître, junior) et n'importe quel club peut être champion du Québec comme du Canada à chaque année.

Un bon Championnat national se doit de...

Un bon Championnat du Canada, du Québec, des États-Unis, de la France ou de n'importe quel pays devrait s'assurer de rassembler les meilleures équipes du pays. Pourquoi? D'abord, parce qu'on ne choisit pas l'équipe championne d'un pays au hasard, on la choisie parmi les meilleures équipes. Mais surtout que c'est en jouant contre des bonnes équipes que les bonnes équipes deviennent très bonnes. C'est le niveau de jeu du top 10 au pays qui pousse la meilleure équipe à devenir encore meilleure sinon à être remplacée par une équipe meilleure. Pourquoi pensez-vous que Revolver sont si bons? Parce qu'ils font des beaux highlight real sur youtube? Non, simplement parce qu'ils ont pas le choix avec les équipes du top 10 américain qui veulent aussi être champions. Bref, le niveau de jeu d'un pays augmente en rassemblant les meilleures équipes au pays à son Championnat national.

Maintenant que nous sommes d'accord pour dire qu'un Championnat de France devrait rassembler les meilleures équipes pour élire l'équipe championne, vous comprennez pourquoi je n'aime pas le Championnat de France actuel séparé en divisions. La division 1 ne rassemble pas et ne rassemblera jamais les douze meilleurs clubs de France. Plusieurs indices le prouvent:

  • Les clubs de la D2 qui monte en D1 sont meilleurs que plusieurs clubs de D1.
  • Certains clubs de D1 sont en restructuration. Il sont en D1 grâce à de bonnes performances du passé et à de bons joueurs qui ont pris aujourd'hui leur retraite.

Je connais le niveau de jeu en France et je sais qu'un bon club d'athlètes peut atteindre le niveau top 10 de France en un ou deux ans d'entraînements. Pourquoi? Simplement parce que le sport n'est pas encore assez mature en France. 2500 joueurs en France, c'est rien. Monter de niveau parmi si peu de joueurs, ça se fait vite. Il faut donc que l'administration du championnat de France laisse plus de liberté de mouvement d'ascension (et de descente!) aux clubs. La D1 n'est pas encore assez forte pour que seulement deux clubs puissent y accéder par année. La limite de deux équipes, ce n'est pas une limite à l'accès à la D1, c'est une limite au développement du niveau de jeu de sa propre nation.

Avec les règles actuelles, un bon club d'athlètes remplis de potentiels prendra quatre années pour atteindre la D1 (remporter une division par année). Et si dix clubs essaient de faire la même chose en même temps (ce qui est très souhaitable!), alors ça deviendra complètement impossible. Au mieux, trois clubs parmi les dix auront atteint la D1 en cinq ans. Il y a beaucoup plus de chances que les clubs se découragent avant ou pire qu'ils perdent leurs meilleurs joueurs qui rejoindront un club déjà en D2 ou D1.

En fait, je fais la prédiction suivante. Si la FFDF persiste à conserver la structure actuelle, je prédis que dans cinq ans, la D2 sera plus compétitive que le 5 à 12 de la D1. Et que dans dix ans la D2 sera une division plus compétitive que la D1. Bien sûr, un certain équilibrage se fera avec le temps avec les bons joueurs de D2 qui quitteront leur club pour rejoindre des clubs de D1, mais la division 1 elle-même sera loin d'atteindre son plein potentiel de développement.

Ma proposition: Un championnat de France qui rassemble les meilleures équipes de France

Il faut agir avant qu'il ne soit trop tard (honnêtement, il se fait déjà tard, mais on ne peut pas changer le passé). Je regrette de ne pas avoir été plus explicite dans mon article de 2013. Aujourd'hui, je prends le temps d'expliquer du mieux que je peux comment on peut remettre le Championnat de France sur pied dès l'an 2016. Il faut agir, il faut effacer les divisions actuelles et faire en sorte que le Championnat de France rassemble les meilleures clubs de France du moment à chaque année.

Des sections, cinq régions, une nation

Pour ce faire, je suggère de procéder comme au Canada ou aux États-Unis: diviser le pays en régions et choisir les meilleures équipes de chaque région pour participer au championnat national. Au printemps 2016, le calendrier pourrait avoir l'air de ceci:

  • Mars 2016: Championnats de sections pour se qualifier aux Championnats de régions (si nécessaire pour les grandes régions).
  • Avril 2016: Championnats de régions, les meilleures équipes de chaque région.
  • Mai 2016: Championnat de France, les seize meilleures équipes au pays.

Pour ce faire, j'ai divisé la France en cinq régions de la façon ci-bas. Je me suis plus ou moins inspiré des gares de Paris qui déservent les régions de la France.

/Files/2015/departements-5regions.png

Pour simplifier, je fais la suite en considérant la catégorie masculine, mais le même exercice pourrait être fait avec la catégorie mixte, féminine et maître. Sur la carte, j'ai marqué d'un point rouge les départements qui possèdent un club ayant une équipe masculine en D1 ou en D2. Les clubs en question sont les suivants:

Équipes Open Division 1 et 2
  Équipes Provenance
D1 Iznogood Noisy-le-sec (93)
D1 Sun Créteil (94)
D1 Tchac Pornichet (44)
D1 33 Tours Bordeaux (33)
D1 Ultimate Vibration Cergy (95)
D1 FU Luzarches (95)
D1 Friselis Versailles (78)
D1 Raging Bananas Nantes (44)
D1 Révolution'Air Paris (75)
D1 Moustix Lyon (69)
D1 Mr Friz Rennes (35)
D1 Friz'Bisontins Besançon (25)
D2 Magic Disc Angers (49)
D2 RFO Pirates La Rochelle (17)
D2 Tsunami Nemours (77)
D2 Freezgo Cuatro Blois (41)
D2 Monkey Grenoble (38)
D2 Ziggles Nice (06)
D2 Sesquidistus Strasbourg (67)
D2 Jack'Suns Fontenay-le-Compte (85)
D2 Ah Ouh PUC Paris (75)
D2 OUF Tours (37)
D2 APUCalypse Paris (75)
D2 BTRex Toulouse (31)

Plus précisément, voici les clubs de D1 et de D2 appartenant à chacune des cinq régions. Dans ce format, j'avais choisi de diviser Paris (75) en deux. Donc Révo font partie de Paris Nord et Ah O Puc font partie de Paris Sud.

Les clubs de D1 et D2 au sein des cinq régions
  Montparnasse Sud Montparnasse Nord Gare de Lyon Paris Nord Paris Sud
Clubs D1 Bordeaux (33) Pornichet (44) Lyon (69) Noisy-le-sec (93) Créteil (94)
    Rennes (35) Besançon (25) Cergy (95) Versailles (78)
    Nantes (44)   Luzarches (95)  
        Paris Révo (75)  
Clubs D2 Fontenay-le-Compte (85) Angers (49) Grenoble (38) Strasbourg (67) Paris PUC (75)
  La Rochelle (17) Blois (41) Nice (06)   Paris PUC2 (75)
  Toulouse (31) Tours (37)     Nemours (77)

Dans le tableau ci-bas, j'indique exactement les départements pour chaque région. Certains département n'ont pas de club enregistré auprès de la FFDF.

La France en cinq grandes régions d'ultimate
Région Départements (club fort) Départements (club) Départements (sans club)
Montparnasse Sud 33, 85, 17, 31 64,65,79 32,40,82,47,24,19,16,23,86,87
Montparnasse Nord 44, 35, 49, 41, 37 14,22,36,53,56,72 29,50
Gare de Lyon 69, 25, 38, 06 12,13,26,30,34,42,63,66,71,73,74,84 2A,2B,09,11,81,15,48,83,04,05,07,43,01,03,39
Paris Nord 93, 95, 75, 67 51,54,57,59,76 27,60,80,62,02,08,55
Paris Sud 94, 78, 75, 77 10,21,28,45,70,91,92 18,58,52,88,90,68

Sélection des meilleurs clubs de chaque région

Je suggère d'organiser un championnat de France qui rassemble les 16 meilleures équipes de la France. Les 16 places sont allouées de trois façons:

  • représentativité des régions (2 places par région, total 10)
  • force des régions (chaque équipe du top 4 de l'année précédente donne une place à sa région)
  • taille des régions (les deux régions les plus nombreuses en nombre de clubs obtiennent une place)

Par exemple, on pourrait obtenir le calcul suivant pour chacune des régions. J'ai utilisé le top 4 actuel (Iznogood, Sun, Tchac, 33 Tours) pour illustrer les régions qui obtiendraient les 4 places de force.

Distribution par région des 16 places pour le championnat de France 2016
  Montparnasse Sud Montparnasse Nord Gare de Lyon Paris Nord Paris Sud
2 équipes par région 2 2 2 2 2
4 places de force 1 1 0 1 1
2 place de taille 0 0 1 0 1
TOTAL 3 3 3 3 4

Les 16 équipes qui participeraient aux Championnats de France en mai 2016 seraient donc les 3 meilleurs clubs de la région Montparnasse Sud, les 3 meilleurs clubs de la région Montparnasse Nord, les 3 meilleurs clubs de la région Gare de Lyon, les 3 meilleurs clubs de la région Paris Nord puis les 4 meilleurs clubs de la région Paris Sud. Les cinq tournois régionaux auraient lieu en avril 2016. Pour les régions avec beaucoup de clubs, le championnat régionnal serait précédé de quelques championnats de section, chaque régions étant elle-même divisée en sections comme c'est le cas pour les Championnats américains d'ultimate. Au Canada, le pays est divisé en 6 régions (malgré qu'il y ait 10 provinces et 3 territoires). Et les régions ne sont pas divisées en section.

Selon moi, ce format favoriserait le développement des meilleures équipes de France, car on n'aurait pas le choix de jouer à son meilleur pour être champion. Les équipes de niveau régionnal actuel seraient encore plus motivées par la possibilité d'accéder au Championnat national. Cela pousserait les équipes meilleures à rester meilleures ou sinon à être remplacées (et tant mieux dans ce cas!).

C'est parce que je crois au développement de l'ultimate compétitif en France que j'ai mis tout ce temps à écrire ce texte. Et vous y croyez-vous? Ensemble tout est possible!

Read and Post Comments

Propositions pour la FFDF (1/3) Corriger les règles de bris d'égalité

21 avril 2015 | Catégories: ultimate | View Comments

En 2013, j'avais écrit cet article d'opinions au sujet de l'organisation de l'ultimate en France. Certaines choses ont évolué pour le mieux depuis (un match d'ultimate pour décider de la meilleure équipe d'ultimate en France) d'autres non. Aujourd'hui, en 2015, j'ai trois propositions à suggérer à la fédération française d'ultimate (FFDF) et je vais les décrire dans trois messages de blogue distincts au fur et à la mesure que je trouve le temps pour les rédiger. Ma première proposition concerne la mise à jour de la règle de bris d'égalité dans les tournois à ronde où chaque équipe joue contre chaque équipe de son groupe.

La règle de bris d'égalité dans les classements utilisée par la FFDF doit être corrigée. Il peut sembler normal d'utiliser le différentiel global pour briser une égalité. C'est ce qui est utilisé dans les longues saisons de soccer en Europe et aussi en Amérique pour briser les égalités au hockey (bien que le nombre de victoire compte avant les points pour et points contre). Mais cette règle de bris d'égalité est mésadaptée pour les tournois à la ronde où on joue un seul match contre chaque équipe. En effet, (1) cela ne produit pas le classement optimal, (2) cela ouvre la porte à la tricherie et (3) cela crée des effets indésirables.

Par exemple, lors du Championnat de France indoor Division 1 du 7-8 février 2015, les résultats finaux ont été les suivants:

Équipe Victoire-Défaite Différentiel
Tchac 5-0 +17
Iznogood 3-2 +10
Sun 3-2 +4
Magic Disc 3-2 +3
Sesquidistus 1-4 -11
Tsunami 0-5 -23

Iznogood, Sun et Magic Disc ont terminé toutes les trois avec une fiche de 3 victoires et 2 défaites. Pour briser l'égalité de ces trois équipes, la règle de bris d'égalité se base le différentiel des équipes. On obtient donc que Iznogood est la 2e meilleure équipe de France, Sun 3e et Magic Disc 4e.

Possiblité de tricherie

Selon moi, c'est une erreur de comparer ces trois équipes en utilisant le différentiel de tous les matchs de pools qui ont été joués, car cela mène avec forte probabilité à des injustices et ouvre aussi la porte à la tricherie (je ne dis pas qu'il y en a, mais je dis que la méthode actuelle le permet). Par exemple, imaginons que Iznogood, Sun et Magic Disc sont vraiment des équipes très égales et qu'ils ont donc joué des matchs avec quelques points d'écart seulement. Le fait de briser l'égalité de ces trois équipes en considérant tous les matchs donnent beaucoup trop d'importance à des matchs qui n'avaient aucune importance:

Iznogood   13 - 5 Tsunami
Sun        11 - 8 Tsunami
Magic Disc 12 - 7 Tsunami

Ces matchs donnent beaucoup de pouvoir à l'équipe Tsunami pour briser une égalité qui ne la regarde pas. En effet, Tsumani peut décider de tricher en jouant mal contre Iznogood et en donnant leur meilleur contre le Sun et Magic Disc pour permettre à Iznogood de finir meilleur dans le classement final de la FFDF. Bien sûr, je ne pense pas que Tsunami a triché, mais comment savoir si elle a joué de façon constante dans ces trois matchs ? En fait je pense que c'est impossible de jouer au même niveau tout le temps, car dans un tournoi, on s'améliore de match en match et Tsunami le samedi matin et Tsunami le dimanche après-midi, ce n'est pas la même équipe quoi qu'on fasse. Justement notez que le match Iznogood-Tsunami a été joué le samedi matin et on peut très bien imaginer que Tsunami aurait pu faire un peu moins d'erreur si ce n'était pas leur premier match du tournoi.

Un classement optimal

Moi je dis que les matchs joués contre Tsunami, Sesquidistus ou les Tchac ne doivent pas être considérés pour briser l'égalité entre Iznogood, Sun et Magic Disc. Pour briser l'égalité de la manière la plus logique et pour éviter les injustices, il faut éviter de considérer l'information superflue. Il faut se limiter à l'information essentielle et plutôt considérer les trois matchs qui ont eu lieu entre ces trois équipes et seulement ceux-ci:

Iznogood 7 - 10 Magic Disc
Iznogood 11 - 8 Sun
Sun      8 - 7  Magic Disc

En considérant seulement ces trois matchs, il faut d'abord regarder qui a la meilleure fiche?

Iznogood     1-1
Sun          1-1
Magic Disc   1-1

Mathématiquement, il aurait été possible que ces trois équipes aient des fiches 2-0, 1-1 et 0-2 même si elles avaient la même fiche dans le pool complet. Cela aurait permis de briser l'égalité, mais dans ce cas-ci, ce n'est pas suffisant. Il faut donc continuer l'analyse et considérer le différentiel seulement pour les matchs entre les trois équipes. On obtient:

Magic Disc +2
Iznogood   +0
Sun        -2

Nous pouvons donc conclure que Magic Disc a connu une injustice en 2015, car la FFDF les ont classé en 4e position alors que Magic Disc a vraiment été la 2e meilleure équipe de France en indoor pour la saison 2015.

Dans cet exemple, la règle de bris d'égalité a permis de décider qui est la 2e meilleure équipe en France. Mais, dans d'autres cas, elle décidera du fait qu'une équipe monte ou descende de division ou pire du Champion de France. Peut-être que cela s'est déjà produit dans le passé ou sinon ça se produira si on ne corrige rien.

Autres effets indésirables

D'autres effets indésirables sont aussi créés par la règle de bris d'égalité actuellement utilisée par la FFDF. En effet, un effet indésirable est d'enlever toute l'importance qu'un match important peu avoir. Inutile de préciser qu'un match important est un effet désirable, car il force les deux équipes à se préparer et à donner leur meilleur pour le gagner ce qui permet d'augmenter le niveau de jeu de ces deux équipes et à plus long terme d'augmenter le niveau de jeu de toutes les équipes en France ce qui doit être un objectif de la FFDF.

Cet effet indésirable s'est produit pas plus tard que samedi dernier lors de la deuxième phase du Championnat de France de division 1.

Considérons le top 3 du pool B:

Équipe Victoire-Défaite Différentiel
Iznogood 5-0 +56
Ultimate Vibration 3-2 -4
FU 3-2 -8

Dans ce cas-ci, la règle de bris d'égalité de la FFDF est en accord (un hasard il faut dire) avec celle que je propose, car UV a gagné contre FU 17 - 11 ce qui est l'information suffisante pour briser l'égalité entre les deux équipes. L'effet indésirable s'est plutôt produit avant la fin des matchs. Plus particulièrement, avant le dernier match de pool entre FU et Iznogood, la fiche des deux équipes était la suivante:

Équipe Victoire-Défaite
Iznogood 4-0
FU 3-1

Toute l'importance de ce dernier match de pool pour les deux équipes a été sublimé par la règle de bris d'égalité, car Iznogood avait un différentiel impossible à rattraper. En utilisant une bonne règle de bris d'égalité, FU aurait été plus que motivé de gagner ce dernier match, car alors la fiche des deux équipes aurait été de 4-1. Et dans le cas d'une égalité impliquant deux équipes, on doit simplement regarder qui a gagné le match impliquant les deux équipes. Autrement dit, FU avait la première place entre leurs mains. Il suffisait qu'il gagne ce dernier match. À la place, nous avons joué un match sans importance.

Ce que je suggère

En fait, ce n'est pas moi qui dit tout ça, de telles règles de bris d'égalité sont utilisées aux États-Unis, au Canada et au Québec depuis 20 ans dans l'organisation des tournois d'ultimate. Par exemple, la règle de bris d'égalité que j'avais ajouté aux Règlements du jeu de l'ultimate 4 contre 4 en 2008 alors que j'étais président de la Fédération québécoise d'ultimate est ci-bas. C'est la règle de bris d'égalité que je suggère d'utiliser en France.

[Extrait des Règlements du jeu de l'ultimate 4 contre 4 de la FQU]
"BRIS D’ÉGALITÉ
Si une égalité persiste au classement, les règles suivantes de bris d'égalité seront utilisées.
1. Une règle de bris d'égalité s'applique à toutes les équipes qui sont égales.
1.a. Si, après l'application d'une règle, toutes les équipes sont encore égales, la règle suivante est appliquée.
1.b. Si toutes les équipes ne sont pas encore égales, mais qu'un ou plusieurs sous-groupes d'équipes sont à égalité, on sépare les équipes en groupes et on revient à la règle 2 avec chacun des groupes individuellement.
2. Fiche de Victoires-Défaites en considérant les matchs entre les équipes concernées.
3. Différentiel points pour - points contre, en considérant les matchs entre les équipes concernées.
4. Points pour, en considérant les matchs entre les équipes concernées.
5. Points contre, en considérant les matchs entre les équipes concernées.
6. Différentiel points pour - points contre, en considérant toutes les parties.
7. Points pour, en considérant tous les adversaires communs.
8. Points contre, en considérant tous les adversaires communs.
9. Tirage au sort."

Comment faire évoluer les choses en France?

N'hésitez pas à entrer en contact avec moi si vous savez comment faire pour changer les choses dans l'organisation de l'ultimate en France. C'est plus difficile pour moi d'améliorer les choses en France qu'au Québec, car je n'ai pas les contacts nécessaires. Je ne sais pas à qui en discuter. Je ne sais pas qui convaincre. Je ne sais pas s'il faut passer par la base (les clubs) ou le haut (la fédé). En fait, je pense qu'il faut passer par les deux, mais je connais ni l'un ni l'autre.

Read and Post Comments

À propos de la profondeur des zones de buts dans le CQU4

02 mars 2015 | Catégories: ultimate | View Comments

Les Règlements du jeu de l’ultimate 4 contre 4 adoptés pour la première fois en 2007 et dont la dernière version a été adoptée en 2012 indiquent que la profondeur de la zone de buts pour l'ultimate 4 contre 4 au Québec est de 3 mètres. La version de 2007 indiquait 2.5 mètres et suite aux procédures de reconnaissance de la Fédération québécoise d'ultimate par le Ministère en 2011, on était passé à 3 mètres.

Trois mètres, c'est petit, mais remarquons que c'est plus que la grandeur de n'importe quel être humain. En théorie, cela signifie notamment que personne (pas même Kevin Groulx) ne peut toucher simultanément à la ligne de fond avec ses pieds et à la ligne de buts avec ses mains. En théorie, 3 mètres, c'est la hauteur d'un éléphant. Mais la réalité ne correspond pas toujours à la théorie...

/Files/2015/terrain.png

En réalité, les zones de buts dans le CQU4 et dans les ligues québécoises de 4 contre 4 sont très souvent trop peu profondes et parfois même moins que 2 mètres. On peut se demander pourquoi est-ce qu'on place toujours les cônes à la mauvaise distance? Mais, ce n'est pas la question que je vais considérer dans ce message. Je vais plutôt m'intéresser à la question suivante:

Pourquoi faudrait-il placer les cônes à une distance de 3 mètres?

J'y vois deux raisons.

Raison 1 (pour l'offensive). Lorsque la zone a une profondeur de 2 mètres seulement, elle est essentiellement unidimensionnelle (gauche-droite), car un défenseur placé dans un coin de la zone bloque toute la profondeur de la zone. Les tracés sont donc unidimensionnels: un traceur va attaquer un coin puis se diriger vers l'autre coin. Lorsque la zone a une profondeur de 3 mètres, un défenseur ne peut plus bloquer toute la profondeur de la zone. Le défenseur doit faire un choix. Protéger le "fond" ou protéger le "proche". Cela offre une nouvelle dimension aux tracés possibles de l'attaquant. Cela offre une nouvelle dimension aux feintes que le lanceur peut faire. Bref, cela permet de développer chez les joueurs et joueuses du Québec une attaque deux-dimensionnelle de la zone des buts ce qui peut être très utile l'été venu lorsqu'on joue à 7 contre 7 avec des zones de buts qui comporte aussi cette deuxième dimension de profondeur.

Raison 2 (pour la défensive). Depuis plusieurs années, on joue avec des zones d'environ 2 mètres de profondeur. En tant que défenseur ayant joué beaucoup dans le CQU4, j'ai développé des aptitudes pour marquer un traceur attaquant la zone des buts. Je connais les tracés typiques, je sais ce que je dois protéger, ce que je peux laisser et à quelle distance et où je dois me placer en tout temps pour bien protéger la zone de buts de 2 mètres de profond. Toutefois, toutes ces aptitudes sont encore une fois unidimensionnelles. En jouant dans le CQU4 ces dernières années, je n'ai pas développé la deuxième dimension de mon positionnement défensif en tenant compte de la profondeur de la zone de buts, car la zone des buts n'était toujours profonde que de 2 mètres. Je crois qu'il faudrait placer les cônes à 3 mètres pour développer chez les joueurs et joueuses du Québec une défensive deux-dimensionnelle qui connaîtrait les tracés typiques utilisant la profondeur de la zone des buts. Je pense que ces aptitudes ainsi développées seraient très utiles l'été venu dans le contexte de la défense d'une zone des buts qui admet clairement un aspect deux-dimensionnel.

Read and Post Comments

Next Page »